PARTAGER

Cette quête va le mener dans les chambres des femmes du Pays Bigouden, sur les bateaux des pêcheurs du Guilvinec et dans les jardins des îliens. Ils les approchent doucement et les amènent à se révéler.
Mais il va chercher aussi d’autres sujets plus « dérangeants », comme ce long travail, de plus de dix ans, qu’il va mener autour du corps et du handicap au centre de rééducation de Kerpape, près de Lorient. Ou comme cette recherche sur les formes et les lumières qui va l’amener à saisir des caravanes incongrues dans des « paysages menacés », des galets aux premières heures du jour ou du soir.
Parallèlement, il poursuit ses portraits en noir et blanc, en lumière naturelle dans sa célèbre verrière de Pont-Aven et qui l’ont rendu célèbre, jusqu’à la Bibliothèque nationale. Toujours en transgressant la forme admise. Il ne cessera d’y œuvrer durant les quarante années de son travail. On retrouve sa « patte » jusqu’à ses nombreux reportages sur les voiliers traditionnels pour le Chasse-Marée, sur la Bretagne des entreprises et des hommes d’ArMen et Bretagne Magazine.